- Prises de position -

La suffisance stupéfiante de M. Bachelier

Monsieur Bachelier excelle dans l’usage de la « novlangue » : plus il en dit moins on comprend où il veut en venir.

Il défend dans un entretien à Ouest France la forte des baisses des contrats aidés.

Les contrats aidés couteraient trop chers et ne serviraient à rien. Ils représentent 4.2 milliards d’euros dans le budget de 2016. Le même montant, à titre d’exemple, que la suppression projetée de l’ISF pour les actionnaires. Il convient de mettre en face de chacune des mesures les impacts qu’elles provoquent sur le terrain. Celui de la suppression de l’ISF pour les actionnaires est clair, c’est un cadeau aux plus riches sans aucune contrepartie. Celui de la baisse des contrats aidés l’est tout autant : mettre des gens au chômage et plonger dans la difficulté des centaines d’associations bretilliennes.

L’utilité des contrats aidés est mesurée par les élus locaux, les acteurs associatifs et les citoyens qui bénéficient au quotidien des services rendus. Ces emplois participent de plus au développement social et économique de territoires les plus fragiles. Grâce à eux, nombre d’associations, mais aussi de collectivités locales, peuvent mener à bien leurs missions d’intérêt général, telles que la solidarité de proximité, les activités périscolaires et l’éducation populaire, l’aide aux personnes âgées et aux personnes handicapées, l’accès au sport, aux loisirs et à la culture ou encore des pans entiers de la transition écologique.

On pourrait s’attendre face à une telle annonce que Monsieur Bachelier fasse des propositions alternatives mais il n’en est rien. Il se contente de grande déclaration sans expliciter la moindre mesure. Il veut lutter contre le chômage ? Fort bien mais sauf à penser que supprimer les contrats aidés et détruire le code du travail créé de l’emploi, aucune mesure nouvelle n’est annoncée.

Plutôt que de supprimer les contrats aidés, nous proposons au contraire de les renforcer par davantage de formation afin d’en faire une passerelle vers l’emploi plus efficace.

 

Franck PICHOT

Président du Groupe socialiste et apparentés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *