- Solidarités Humaines -

Accueil des jeunes exilés : le Département assume son rôle

L’Europe, le France et notre Département connaissent une accélération du flux migratoire. Les exilés qui arrivent sur notre territoire ont chacun leur histoire, souvent bien loin de la caricature que l’on voudrait en faire. Mais qu’ils soient d’Afghanistan, du Pakistan, du Soudan, de Syrie ou d’Erythrée, ils fuient des régimes autoritaires ou des situations de  guerre et sont exposés à des persécutions.

Fuir son pays d’origine, rompre avec ses racines, s’éloigner de sa famille est une souffrance terrible. Chacun pourra en convenir.

Notre Département ne reste pas insensible face au sort de ces exilés.

L’Ille-et-Vilaine est une terre d’accueil. Lorsque des femmes et des hommes fuient la misère et la guerre, les Bretilliennes et les Bretilliens savent les accueillir avec bienveillance.

Nous avons pour mission, au titre de la protection de l’enfance, d’accueillir et de protéger les mineurs non accompagnés qui arrivent sur notre territoire. Nous le faisons pleinement.

Accueillir dignement ces adolescents, est évidement un devoir d’humanité, c’est aussi la condition d’une intégration réussie dont nous tirerons chacun, exilés et accueillants, des bénéfices.

Certains nous font le reproche de nous occuper de ces mineurs et propage par voie de presse et sur les medias du net des « fake news » au sujet l’accueil d’une vingtaine de jeunes dans une ancienne gendarmerie de Sens-de-Bretagne. Ces caricatures abjectes laissent croire que ces quelques mineurs sont des délinquants en puissance capable de mettre à mal le développement du territoire. C’est absurde.   

Notre politique de protections des jeunes ne se fait pas au détriment d’autres domaines qui nous incombent. Nous n’abandonnons rien de nos politiques de solidarités humaines à destination des personnes âgées, des personnes handicapées… Nos investissements pour les territoires ruraux, et notamment le secteur de Sens de Bretagne, seront maintenus en 2018.

En conclusion, la question des mineurs non-accompagnés doit être traitée de façon pragmatique, humaniste et loin des amalgames que véhiculent certains qui n’ont d’autre proposition que le rejet de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *